LE MAUVAIS SERVITEUR

LE  MAUVAIS SERVITEUR

 

Matthieu 25:14-30 LSG

 

Il en sera comme d’un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens. Il donna cinq talents à l’un, deux à l’autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. (25-16) Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. Celui qui n’en avait reçu qu’un alla faire un creux dans la terre, et cacha l’argent de son maître. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte. Celui qui avait reçu les cinq talents s’approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit: Seigneur, tu m’as remis cinq talents; voici, j’en ai gagné cinq autres. Son maître lui dit: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître. Celui qui avait reçu les deux talents s’approcha aussi, et il dit: Seigneur, tu m’as remis deux talents; voici, j’en ai gagné deux autres. Son maître lui dit: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître. Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit: Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n’as pas semé, et qui amasses où tu n’as pas vanné; j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi. Son maître lui répondit: Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, et que j’amasse où je n’ai pas vanné; il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j’aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. Otez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

 

INTRODUCTION

 

Dans cette parabole, Jésus en effet nous donne un aperçu de ce que sera le jugement dernier.

Il dit que le royaume des cieux est semblable à un homme qui partant en voyage fit appel à ses serviteurs et leur confia la gestion de ses biens. Il remit cinq  talents à l’un, deux à l’autre et un au troisième, a chacun selon sa capacité. Ceux –ci étaient censés produire des intérêts pour le compte de leur maitre.

Cette parabole va nous enseigner des leçons sur les attitudes à tenir quand Dieu nous appelle. Nous allons étudier pourquoi il y a des serviteurs qui réussissent et que d’autres  échouent.

 

  1. A.   A CHACUN SELON SA CAPACITE

Nous voyons que dans la distribution des talents, le maître a tenu compte de la capacité de chacun. Il n’a pas été injuste. Il n’a ni surestimé l’un en lui donne donna ce qu’il ne pouvait supporter, ni sous- estimé l’autre en lui donnant une responsabilité qui soit trop facile pour lui. Mais il donna les charges selon la capacité de chacun.

Il l’a fait ainsi pour le bien de ses serviteurs, de sorte que celui qui est moins capable ne sente pas un fardeau trop pesant pour lui, et ne murmure ; et que celui qui est plus capable ne soit pas paresseux ni oisif, et ne dise ‘je suis capable de faire bien plus, mais on ne fait pas suffisamment confiance pour me confier des tâches plus importantes’

Ainsi le Seigneur fait toute selon sa juste valeur. Toute responsabilité, toute tâche, tout don qui nous est confié, nous est donné selon notre capacité. Dieu nous connait plus que nous-mêmes. Il sait de quoi nous sommes capables et de quoi nous sommes constitués. Il ne nous demandera pas de faire quelque chose s’il ne nous a pas dotés de qualités et évalués auparavant. Il ne nous donnera pas une tâche qui soit au-delà ou en deçà de nos capacités.

 

Psaumes 139:1-4 LSG- ... Eternel! Tu me sondes et tu me connais, Tu sais quand je m’assieds et quand je me lève, Tu pénètres de loin ma pensée; Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies. Car la parole n’est pas sur ma langue, Que déjà, ô Eternel! Tu la connais entièrement.

 

Il nous connait. C’est pourquoi Dieu ne dépend pas de ce que nous croyons être, mais de ce qu’il peut faire de nous.

  1. B.   LES SERVITEURS QUI REUSSISSENT

 

  1. I.              SERVIR AVEC EMPRESSEMENT

Les deux premiers serviteurs n’ont pas attendu, et  ils n’ont pas raisonné en eux-mêmes. Mais avec joie et empressement ils ont fait fructifier leurs talents. La Bible emploie l’expression ‘aussitôt’ pour exprimer qu’ils ont fait toutes choses sans murmures ni hésitation. Ils y avaient mis du zèle.

Quand Jésus appela  Simon Pierre et André son frère, ses deux pêcheurs laissèrent tout et le suivirent aussitôt.

 

Matthieu 4:18-20 LSG-Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André, son frère, qui jetaient un filet dans la mer; car ils étaient pêcheurs. Il leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. Aussitôt, ils laissèrent les filets, et le suivirent.

Quand il appela Mathieu, le fonctionnaire, il n’hésita pas. Aussitôt  il suivit le maître.

 

Matthieu 9:9 LSG-De là étant allé plus loin, Jésus vit un homme assis au lieu des péages, et qui s’appelait Matthieu. Il lui dit: Suis-moi.

 

Cet homme se leva, et le suivit.

Quelle promptitude !

Ecoutez ! C’est un privilège, un honneur, une gloire de servir dans la maison de Dieu. Celui qui se met au service du Seigneur est son ambassadeur ou son représentant sur terre. Il est une extension du royaume de Dieu. Malheureusement il y a des gens qui trouvent que c’est une corvée, un esclavage ou une perte de temps. Que pouvons donner de mieux à celui qui nous a aimés et nous a délivrés de la mort et de l’esclavage de Satan ?

Oh moi, je ne veux pas me faire prier pour faire l’œuvre de Dieu ! Je ne voudrais jamais laisser les pierres louer Dieu à ma place. Je ne voudrais jamais que Dieu suscite quelqu’un d’autre à ma place pendant que je suis encore vivant.

 

  1. II.            APPELES A PORTER DU FRUIT A TOUS LES COUPS

Quand le maître de la maison donnait les talents, il savait qu’à tous les coups cela devrait générer  des intérêts.

Car il est impossible que ce que Dieu nous donne ne porte pas de fruits. Tout ce qui vient de Dieu est fait pour la réussite, le progrès et la fécondité. Dieu n’échoue jamais.

Je vous vois en train de réussir dans les choses que Dieu vous a confiées !

Les serviteurs qui réussissent comprennent qu’ils sont destinés à la réussite et travaillent toujours dans cet esprit.

Christ en se donnant à la croix a accompli pour nous ce que nous ne pouvions jamais faire pour plaire à Dieu. Il a détruit les pouvoirs du péché, de la mort, des dominations et des autorités, et nous a accordé des dons. Toutes ces choses nous ne pouvions pas les accomplir de par nous nous-mêmes. Il a fait pour nous ce que nous sommes incapables de faire.

Mais en ce qui concerne la mise en valeur des talents qu’il nous a donnés, cela ne dépend plus de lui mais de nous, car cela est notre portée. Nous pouvons le faire si nous le voulons. Nous pouvons réussir si nous le voulons.

Arrêtez-vous un instant et dites, ‘Oui, je le peux. Oui, je réussirai’

Dieu fait sa part et connait ses frontières. Il ne jouera pas la partition de l’homme. Ne lui demandons pas de venir faire pour nous ce que nous devons faire.

Quand vous étiez bébé votre mère vous lavait. Maintenant que vous êtes adultes, voudriez-vous qu’elle vienne vous laver ?

Le maître savait que ses talents produiraient des intérêts. La preuve est que les deux premiers serviteurs ont produit le double de ce qui leur avait été confié. Cette réussite n’était pas dû au favoritisme, ni  à leur arrière-plan, ni à leur environnement, mais de ce qu’il est impossible que ce que Dieu nous confie échoue.

Ces hommes ont compris ces choses et ont décidé de réussir.

Dieu veut tellement que nous réussissons qu’il nous donne des responsabilités que nous pouvons supporter et des talents  de qualité qui sont destinés à produire plus.

Si Dieu vous a vraiment appelés, sachez que vous êtes d’avance destinés à la réussite.

  1. C.   LES  SERVITEURS QUI ECHOUENT

Le troisième serviteur quant à lui a enfoui son talent dans la terre. Il a lui-même été l’architecte de son échec. Beaucoup des personnes qui échouent trouvent toujours des excuses ou des arguments pour justifier leur échec alors qu’ils n’étaient pas destinés à l’échec.

  1. I.      UN MAITRE DUR

Le serviteur qui a échoué dit : ‘je sais que tu es un homme dur’

 

Les gens échouent parce qu’ils aiment la complaisance. Ils n’aiment la discipline et la rigueur dans le travail. Il n’apprécie pas qu’on leur demande des comptes et qu’on vérifie leur travail. Ils n’aiment pas la vérité. Ils n’aiment pas qu’on leur fasse des reproches. Ils n’aiment qu’on les évalue, et malheureusement  ne s’auto-évaluent pas non plus eux-mêmes.

J’ai connu des pasteurs assistants qui n‘aimaient pas faire des rapports et qui n’aimaient pas qu’on leur pose des questions sur la manière dont ils géraient les choses qui leur étaient  confiées. C’est pourquoi ils échouent. C’est aberrant que vous confier une importante somme d’argent à quelqu’un qui ne voudrait pas que vous sachez comment l’argent sort et ce qui rentre. Ces genres de personnes veulent simplement faire ce qui leur passe par la tête. Et quand ils échouent, ils tiennent toujours les autres pour responsables de leur échec.ils accusent, mais en réalité ce sont des lâches.

Si vous voulez réussir faites vous superviser. Si vous n’avez personne qui vous supervise cherchez par tous les moyens en avoir. Imposez-vous et appréciez la supervision, sinon vous n’êtes pas loin d’échouer.

  1. II.            LA PEUR

Le mauvais serviteur dit : ‘j’ai eu peur’

 

La peur sous entend le châtiment. Le châtiment  sous entend que vous avez mal fait. Cet homme avait déjà conçu dans son esprit qu’il n’arriverait jamais à accomplir la mission de Dieu pour lui.

Si cet homme a peur c’est parce qu’il voit que son maître voudrait lui tendre un piège en lui confiant cette tâche ; que son maître voudrait trouver une occasion pour l’accuser et l’humilier.

Ceux qui ont peur de s’engager pour le service de Dieu, ne lui font pas suffisant confiance. Ils regardent  beaucoup plus sur leur incapacité que sur la puissance de Dieu qui peut tout faire en eux. Ceux qui manquent d’audace sont ceux-là qui sont esclaves de leur frustration et  de leur échec passé. Ils sont en effet sous l’influence d’un esprit qui leur répète sans cesse qu’ils ne feront jamais d’exploit,  peu importe les nouvelles choses qu’ils tenteraient. Si vous avez peur d’échouer vous ne réussirez jamais rien. Dans tout apprentissage l’erreur est permise. Nous ne devons pas voir nos erreurs comme un échec définitif, mais comme les escaliers qui conduisent au sommet de la réussite. L’homme qui veut réussir considère ses échecs momentanés comme des instructeurs pour mieux faire demain.  Vous ne serez jamais parfait dans tout ce que vous faites, c’est pourquoi ne jugez rien avant le temps. Confier à Dieu qui vous appelle.

La peur n’est pas un simple sentiment, c’est un esprit. Car le courage ne consiste pas à ne pas avoir le sentiment  peur, mais en la force de surmonter sa peur. Tous les hommes ont peur même le plus charismatiques d’entre eux. Cependant ceux qui réussissent ont vaincu leur sentiment de peur, mais ceux qui échouent sont liés par le démon de la peur. Rien ne dit que le chemin serait facile mais si nous tentons rien, nous ne verront jamais les véritables capacités surnaturelles enfouies en nous par le Saint-Esprit.

L’esprit de la peur a conduit cet homme à enterrer le talent de son maître. C’est ainsi que les cimetières comptent beaucoup de savants qui n’ont rien fait avec les talents que Dieu leur a donné et sont morts avec.

 En effet quand Dieu nous appelle, il réveille ce qui est caché en en nous. Il le met en évidence, et nous en avons conscience. Mais quand nous avons peur nous faisons les funérailles de nos capacités. Nous en creusons la tombe, y déposons le talent, reversons le sable là- dessus ; et ensuite avons l’ingéniosité de construire une dalle tombale sur tout, de sorte que plus jamais on ne déterre ce qui a été enfoui. Et chaque fois que l’occasion se présente, nous y allons déposer des fleurs de notre gloire passée. C’est pourquoi vous rencontrerez dans l’église des gens qui parleront toujours de leur passé glorieux, mais dans le temps présent ne font rien. Ils n’ont jamais de nouvelles choses à raconté. Leur discours, pour se donner quelque valeur, commencent toujours par : « Autrefois…, Avant …, Dans les temps passés… ». Ce sont des épaves spirituelles, des morts-vivants. Eloignez-vous de ces gens avant que Dieu ne vous assimilent à eux.

  1. III.           LE VRAI VISAGE DE CEUX QUI ECHOUENT

Cet homme n’a pas échoué par ce qu’il lui manquait de la connaissance, car il connaissait bien son maître. C’est étrange, mais une bonne partie de ceux qui échouent ne sont pas des ignorants. L’on pourrait dire qu’il a échoué parce qu’il était ignorant, mais cela n’a pas été le cas avec ce serviteur.

Son maître l’a diagnostiqué et a découvert qu’il souffrait de deux maladies très graves dont beaucoup dans l’église sont atteints au point de ne rien faire pour Dieu. Il s’agit de la méchanceté et de la paresse.  Les gens ne produisent pas dans l’église parce qu’ils sont simplement méchants et paresseux.

  1. a.    La méchanceté

La méchanceté c’est le penchant à être méchant, à faire ce qui est mal ou mauvais. Quand quelqu’un est méchant, il n’aide pas simplement parce qu’il ne veut pas aider. Il n’a pas le désir de faire ce qui est bien quand il sait bien même qu’il doit le faire. C’est tout simplement quelqu’un qui est insensible au cri des gens et au besoin de l’église. Il est pur et simplement égoïste.

  • Quelqu’un qui peut chanter mais  qui ne le fait pas …
  • Qui peut être un musicien mais qui ne bouge pas le petit doigt alors qu’il a un besoin
  • Qui peut évangéliser un ami et l’inviter à l’église, mais  qui ne le fait pas …
  • Qui peut soutenir financièrement l’œuvre, mais qui ne le fait pas …
  • Qui peut visiter et encourager, mais qui ne le fait pas …
  • Qui peut présider, mais qui ne le fait pas …
  • Qui peut prophétiser, mais qui ne le fait pas …
  • Qui peut prier pour les malades, mais qui ne le fait pas …
  • Qui peut prêcher, mais qui ne le fait pas …
  • Qui peut faire quelque chose qui manque quelque part, mais qui ne le fait pas …

Que pensez-vous d’une telle personne ? …

Si vous êtes concernés par l’un des points cités et non cités, que pensez-vous de vous-mêmes ?...

C’est purement et simplement la méchanceté, et cette méchanceté se manifeste par l’esprit de la paresse. Cet homme était méchant et paresseux. L’autre maladie grave de ce mauvais serviteur était la paresse.

  1. b.    La paresse

La paresse est une gangrène dans l’église. La paresse c’est aussi le fruit de la méchanceté. Elle est la racine de la pauvreté, de l’improductivité et de l’échec.

Qui est le paresseux ?

  • C’est celui-là qui aime le sommeil,
  • qui aime se croiser les bras,
  • qui aime manger seulement et abondamment,
  • qui aime  la facilité,
  • qui aime le confort plus que l’effort,
  • qui aime le bon parfum plus que l’odeur de la sueur qui coule après un dur labeur.

Qui est le paresseux ?

  • Sinon celui qui aime être spectateur au lieu d’être actif ;
  • Celui qui n’a d’intérêt pour rien sinon de passer le temps à causer, critiquer et se promener sans but ;
  • Celui qui aime rêver plutôt  que d’agir,
  • Celui qui ne voit jamais le travail qu’il y a à faire.
  • Celui qui veut qu’on lui dise toujours ce qu’il doit faire, et ne s’engage jamais pour rien
  • Celui qui ne travail pas, mais qui veut recevoir un salaire.

Le paresseux a toujours une excuse pour tout. Il se plaint presque  de tout, et pendant que les autres travaillent, c’est lui qui sait seulement voir leurs erreurs et les critiquer méchamment. La paresse est un grand péché et attire la malédiction de Dieu.

 

Romains 12:11 LSG-Ayez du zèle, et non de la paresse. Soyez fervents d’esprit. Servez le Seigneur.

 

Ce serviteur était tellement paresseux qu’il n’a même pas pu voir les banquiers afin de faire des intérêts pour son maitre.

La question qui se pose à nous est : qui sont les banquiers.

  1. D.   LES BANQUIERS

Les banquiers sont les professionnels des finances. Ils peuvent vous aider à faire le bon investissement. Ils sont des gérants supposés avoir des garanties pour le placement de votre argent. Dans l’église, Dieu a toujours mis des banquiers spirituels. Ce sont ceux-là qui peuvent vous aider à accomplir votre tâche. Ils peuvent vous former et vous orienter. Vous trouverez les services des banquiers dans les enseignements spécifiques, les séminaires, les entretiens avec votre pasteur, la lecture. Ou il y a des gens qui peuvent faire ce que vous savez faire ; apprenez-les à faire ce que vous savez faire afin qu’ils fassent à votre place ce que vous avez du mal à faire.

Un jour il y avait un prédicateur à qui l’Esprit a dit d’aller prêcher dans une forêt. Bien que cela soit étrange il obéit. Pendant qu’il prêchait le message du salut, il y avait de l’autre côté de la broussaille, un homme déçu de la vie qui était sur le point de se pendre. Ce dernier se repenti à l’insu du prédicateur. Quelques années plus tard cet homme devint un grand évangéliste. Un jour pendant qu’il prêchait dans le stade, le Saint-Esprit lui fit savoir que le prédicateur qui l’avait sauvé était présent. C’est après avoir raconté les circonstances qui ont entouré sa conversion, qu’il sut pour la première fois qui était son père spirituel. C’était un homme déjà avancé en âge. Ce grand évangéliste a fait pour ce vieil homme ce que ce dernier ne pourrait jamais accomplir dans toute sa vie de ministre de l’Evangile.

 

CONCLUSION

Si vous ne faites rien, Dieu vous ôtera ce que vous avez. Il suscitera quelqu’un d’autre à votre place. Il vous fera perdre votre glorieuse position pour une destination humiliante. Car personne n’est indispensable ou incontournable ? Alors que faites-vous avec tout ce potentiel qui est en vous ? Allez-vous mourir avec tout ce trésor que Dieu vous a donné ? Levez-vous et entrez dans la bataille. Dieu vous appelle.

 

Romains 12:6-8 LSG- Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l’exerce selon l’analogie de la foi; que celui qui est appelé au ministère s’attache à son ministère; que celui qui enseigne s’attache à son enseignement, et celui qui exhorte à l’exhortation. Que celui qui donne le fasse avec libéralité; que celui qui préside le fasse avec zèle; que celui qui pratique la miséricorde le fasse avec joie.

 

 

Blanchard Lavritché



06/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 252 autres membres