BANNIS L'INQUIETUDE

BANNIS L'INQUIETUDE

 

Il ne leur parlait point sans parabole; mais, en particulier, il expliquait tout à ses disciples.

Ce même jour, sur le soir, Jésus leur dit: Passons à l'autre bord. Après avoir renvoyé la foule, ils l'emmenèrent dans la barque où il se trouvait; il y avait aussi d'autres barques avec lui. Il s'éleva un grand tourbillon, et les flots se jetaient dans la barque, au point qu'elle se remplissait déjà. Et lui, il dormait à la poupe sur le coussin. Ils le réveillèrent, et lui dirent: Maître, ne t'inquiètes-tu pas de ce que nous périssons? S'étant réveillé, il menaça le vent, et dit à la mer: Silence! Tais-toi! Et le vent cessa, et il y eut un grand calme. Puis il leur dit: Pourquoi avez-vous ainsi peur? Comment n'avez-vous point de foi? Ils furent saisis d'une grande frayeur, et ils se dirent les uns aux autres: Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer? (Marc 4:34-41 LSG)

 

Qu'est ce que l'inquiétude ?

S'inquiéter c'est s'effrayer, être troublé, se faire des soucis à cause de la présence ou du sentiment du danger.

 

Passons de l'autre bord

L'embarquement sur l'eau est l'image de ce que nous sommes des voyageurs ou des pèlerins sur cette terre. Mais ce voyage ne se fait pas sans risques. Il des situations et des circonstances qui changent régulièrement. Nous sommes donc engagés dans un voyage plein d'incertitudes.

 

Jésus leur dit : « Passons à l'autre bord », il n'y a pas de changement sans perturbation. C'est dans les perturbations que beaucoup d'inquiétudes s'élèvent dans nos vies. Ces inquiétudes nous viennent à cause du « grand tourbillon » qui s élève dans notre vie. Oui, la vie est imprévisible. Elle nous met parfois dans des situations qui nous donnent le vertige. Les « flots se jettent déjà dans notre barque ». Nous allons périr parce que la barque va s'enfoncer bientôt. Personne ne peut dire qu'il n'ait jamais connu une situation semblable à celle des disciples.

 

La position de Jésus

Considérons un peu la position de Jésus.

Ce qui est bien étrange c'est que Jésus « dormait à la poupe sur le coussin » !

Il était dans un profond sommeil parce qu'il ne se rendait pas compte de tout ce vacarme autour de lui. La poupe auprès duquel il était couché pouvait tombé sur lui. Et si cela arrivait, son corps se transformerait en bouillie. Il était donc plus en danger que ses disciples !

Nous devons savoir que Dieu lui-même est plus préoccupé de notre situation de détresse que nous-mêmes. Mais nous paniquons comme s'il ne savait pas ce qui nous arrive.

 

La position des disciples

Pierre, Jacques et Jean était des pêcheurs professionnels mais dans la panique, il avait même oublié que Dieu leur avait donné le talent de vaincre les flots de la mer. La panique nous paralyse au point nos ressources naturelles données par Dieu pour faire au problème disparaissent. Nous devons être capables de contrôler nos émotions.

Ils lui dirent : « ne t'inquiètes-tu pas de ce que nous périssons? »

Cette question révèle deux choses. Premièrement, c'est comme si Jésus savait pendant qu'il tout ce qui se passait autour de lui. Implicitement et deuxièmement, son sommeil est égal à son éveil puisque même en dormant, il peut savoir ce qui se passe autour de lui et s'inquiéter.

Leur problème en fait n'était le sommeil ou l'éveil de Jésus, mais plutôt un manque de foi. Ils veulent sentir Dieu avant de croire qu'il s'intéresse à leur problème.

Tout est pourvu d'avance

Aussi quand nous nous inquiétons, nous voulons aussi que Dieu s'inquiète. Mais en fait  notre Dieu est le maître de tous les temps et des circonstances. Dieu ne s'inquiète pas. Il agit en réponse à notre foi. Et le plus souvent, les choses pour lesquelles nous nous inquiétons ont déjà une solution pourvue par Dieu.

 

C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement? Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement? Considérez comment croissent les lis des champs: ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. Si Dieu revêt ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au four, ne vous vêtira-t-il pas à plus forte raison, gens de peu de foi? Ne vous inquiétez donc point, et ne dites pas: Que mangerons-nous? que boirons-nous? de quoi serons-nous vêtus? Car toutes ces choses, ce sont les païens qui les recherchent. Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. (Matthieu 6:25-34)

 

Ce qui est plus important

La vie et le corps sont plus importants que la nourriture et le vêtement. Est-ce le vêtement qui donne à l'homme ou l'homme qui donne  de l'importance au vêtement ?

Il y avait les chaussures « Tigana » que les ivoiriens méprisaient beaucoup. Mais depuis que la star de rap Billy Billy les portent pour ses prestations, cette chaussure est prisée par les ivoiriens. Bien plus, son prix a augmenté.

L'habit ne fait pas le moine, mais le moine l'habit.

Notre corps est le temple du Saint-Esprit. Et c'est Celui-là qui habite en nous qui nous rend important. C'est le président qui habite un édifice qui donne de l'importance à celui-ci. Une maison aussi splendide soit-elle ne peut égaler la présidence parce que le Président n'y habite pas.

Un double avantage

Celui qui est en nous est plus fort que celui est dans le monde. Et à cause de Celui est en nous ceux qui sont autour de nous sont plus nombreux que nos ennemis. « Il répondit: Ne crains point, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux » (2 Rois 6:1).

 

Conclusion

« Tu seras affermie par la justice; Bannis l'inquiétude, car tu n'as rien à craindre, Et la frayeur, car elle n'approchera pas de toi » (Esaïe 54:14)  .

 

 

 

 



05/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 252 autres membres